JOURNALISTE FREELANCE.BE Le site des journalistes indépendants

Sébastien Grandjean, entraîneur du Fola Esch : "Je suis fait pour coacher en D1A"

15 juillet 2021
par  Florent Maron
( Le virus du sport , Presse écrite )

L’ancien entraîneur de Virton et de la Jeunesse Arlonaise revient sur son sacre avec le Fola Esch.

L’histoire est belle, le contexte lui, était pour le moins électrique. Et pourtant, Sébastien Grandjean a réussi son pari cette saison à la tête du Fola Esch, et même bien plus encore. Après avoir trusté la première place durant pratiquement l’intégralité du championnat en BGL Ligue, la D1 Luxembourgeoise, les hommes du Fola ont perdu pied entre le 2 et le 16 mai, concédant alors 3 défaites en 4 sorties. Pour être sacrés champions, les Rouge et Blanc devaient réaliser un 9/9, ponctuant même ce triptyque par un déplacement périlleux chez le voisin de la Jeunesse, qui est par la même occasion l’ancien club de Sébastien Grandjean. Résultat des courses ? Deux scores de forfait face à Wiltz et Differdange (5-0), avant de se balader 3-0 dans le derby. "Pourtant, je peux vous dire que la Jeunesse était très motivée à l’idée de nous priver du titre, raconte Sébastien Grandjean. Avant la rencontre, j’avais dit à mes joueurs que nous ne venions pas ici pour disputer un derby, mais pour devenir champion, peu importe l’adversaire en face de nous. Je ne voulais pas que ce match se résume à de l’émotion, comme lorsque le Brésil s’est fait étriller 1-7 par l’Allemagne. Avant le coup d’envoi de la partie, les Brésiliens chantaient leur hymne à cappella à tue-tête, avec des larmes plein les yeux. 30 minutes plus tard, c’était 0-5 pour les Allemands. Non, je voulais que mes gars soient concentrés sur l’objectif. D’ailleurs, lorsque nous inscrivons le 0-1 après 22 minutes de jeu, je sais que la rencontre est pliée. La suite ? On aurait pu l’emporter 0-5 sans la prestation 5 étoiles de leur gardien."

Du football champagne

Un large succès 0-3 qui parachève une saison exceptionnelle durant laquelle le Fola a prôné un football champagne, en atteste son statut de meilleure attaque de la série."Pourtant, le titre n’a jamais été notre objectif à la base, l’appétit est venu en mangeant,sourit le Gedinnois d’origine. Nous avions prévu de jouer l’Europe, en incorporant des jeunes dans le groupe, c’est tout. Au début, il faut savoir que j’arrivais derrière un Jeff Strasser, qui a marqué l’histoire du Fola par des titres, en développant un football défensif, et en s’appuyant sur un système bien place. Pour ma part, je suis un adepte du beau jeu, du football offensif. Beaucoup n’osent pas, mais je suis un homme de défi, c’est pour cela que je voulais marquer les esprits. 89 buts inscrits en 30 rencontres, c’est pas mal quand même. Même si nous avons eu un moment de doute, mes joueurs ont relevé la tête. J’ai été dur avec eux, mais nous ne pouvions pas gâcher cette aventure."

PNG - 937.9 ko
© Florent Maron

Un retour en Belgique ?

Une saison exceptionnelle, qui sans surprise, est synonyme de nouveau contrat pour Sébastien Grandjean. "Je viens de resigner pour une année supplémentaire. Malgré tout, la réalité du football est aujourd’hui tellement versatile que tout peut arriver très vite. Je me sens très bien au Fola, mais je dois vous avouer que mon rêve serait de revenir en Belgique pour tenter l’aventure en D1A. J’aimerais recevoir une fois ma chance. Je suis fait pour ça, j’en suis certain. Et puis à l’exception de la P3, j’aurais fait toutes les divisions du football belge comme cela (rires). On verra, place à la Coupe d’Europe désormais".

"Cela fait du bien d’être enfin récompensé"

Coach à succès de la Jeunesse Arlonaise en provinciale en 2004, ou encore de Virton et de La Louvière en nationale des années plus tard, le mentor du Fola a ce dimanche décroché son premier titre en D1 Luxembourgeoise. Au moment de jeter un coup d’œil dans le rétroviseur, l’ancien joueur de Libramont revient sur les différents moments qui ont marqué sa carrière. Avec ce titre de BGL Ligue comme consécration ? "Pas forcément,estime le kinésithérapeute de 51 ans. Vous savez, mes premières années à la JA, en 2004, lorsque j’emmène un groupe de juniors de la P2 à la 2ème place de la P1, remportant la coupe par la même occasion, ça été des moments extraordinaires. Avec Virton, lorsque nous nous sauvons avant d’envoyer le club à trois points du tour final, ça été magique aussi. Au Luxembourg, avec la Jeunesse Esch, on termine 2ème à un point du sacre, alors qu’avec La Louvière, nous nous sommes classés 2ème, derrière Virton, sans avoir été payés pendant 8 mois. Des moments forts dans le football, j’en ai déjà connu. Par contre, ce titre avec le Fola possède une saveur particulière, parce que lors de mes précédentes expériences, il me manquait à chaque fois ce petit brin de chance pour décrocher le précieux graal. C’est pour cela que ce sacre fait du bien, il me donne l’impression d’être enfin récompensé."

Partager :