JOURNALISTE FREELANCE.BE Le site des journalistes indépendants

Quelle rentrée pour nos chaînes de télé ?

10 août 2020
par  Michael Schepers
( Demain, après le virus... , Presse écrite )

Fragilisées suite à la crise sanitaire de la Covid-19, les chaînes de télé ont du s’adapter et trouver un second souffle. Quel impact cette situation sans précédent aura-t-elle sur les grilles de rentrée de la RTBF et de RTL-TVI ? Enquête.

Dans les premières semaines qui ont suivi le début du confinement en Belgique, les chaînes de télé ont réalisé des records d’audience : RTL TVI et La Une ont rassemblé à elles seules plus de 52% du temps passé à regarder la télévision contre 39% en moyenne en 2019. Le jeune public, qui avait plutôt tendance à préférer les réseaux sociaux aux chaînes traditionnelles, a également suivi ce mouvement de foule (50% des 18-34 ans s’est branché chaque jour sur le petit écran). Véritables messes de fin de journée, les J.T ont doublé le nombre de leurs fidèles (2 millions de téléspectateurs chaque soir devant le « RTL Info 19 heures » et « Le 19h30 » de la RTBF). Pourtant, en dépit de ces audiences historiques, beaucoup d’annonceurs, effrayés par l’accélération de la crise sanitaire, ont stoppé net leur campagne publicitaire sur ces chaînes. Un paradoxe qui se paye cash pour les diffuseurs ! Selon une enquête du CSA (Conseil Supérieur de l’Audiovisuel), la RTBF et RTL-TVI ont perdu en moyenne 28% de leurs revenus publicitaires en mars et près de 60% en avril. Bref, des dizaines et des dizaines de millions d’euros envolés à jamais...Pour renflouer les caisses et éviter les pertes d’emploi dans un secteur déjà fragilisé, RTL House a bénéficié en juin d’une aide financière de la Fédération Wallonie-Bruxelles dont le montant n’a pas été officiellement dévoilé mais qui pourrait atteindre 24 millions d’euros. Attention : sur 4 ans et sous certaines conditions ! De son côté, la RTBF va devoir composer dans les semaines à venir avec des restrictions annoncées par le gouvernement (disparition progressive de la pub sur La Première, interdiction des annonces pour les jeux, paris, certains alcools et médicaments), lesquelles pourraient provoquer un trou de près de 11 millions dans son budget. Un tableau qui n’est guère réjouissant à la veille de la mise en place des nouveautés de la rentrée.

JPEG - 629.5 ko
RTL House
© www.debatty.com

Vers une extrême prudence ?

Nos télés bien-aimées feront-elles montre d’une extrême prudence en réduisant drastiquement leurs projets ? La saison 2020-2021 sera-t-elle marquée par les rediffusions et la programmation d’émissions françaises négociées à moindre coût ? Fin août, la RTBF et RTL House convieront les journalistes pour dévoiler leurs nouvelles grilles. « Chaque chaîne a l’obligation de produire, explique Jean-François Raskin, sociologue des médias et administrateur général à l’I.H.E.C.S. Mais les recettes publicitaires étant toujours en berne et le contexte actuel incertain, il est difficile d’envisager une rentrée confortable. Plusieurs hypothèses : les chaînes vont annoncer des nouveautés qui ne seront pas uniquement des productions propres mais des rachats de programmes, les nouvelles émissions belges seront dévoilées fin août mais diffusées finalement à partir de 2021,... » Selon les premières rumeurs qui nous reviennent, le service public préparerait un nouveau magazine d’information, une émission de dating ou encore un concours de pâtisserie. Quant à la chaîne privée, elle miserait notamment sur un divertissement axé sur la nostalgie et un programme autour des chiens. « De manière générale, nos chaînes de télé doivent maintenir une certaine « belgitude » dans leurs nouvelles émissions, poursuit Jean-François Raskin. Il faut continuer de faire vivre nos acteurs culturels. Par ailleurs, il serait intéressant que la RTBF élargisse son offre d’information et de débat qui constitue son ADN. De son côté, RTL-TVI devrait continuer ses propositions de divertissements qui rassemblent le plus grand nombre. Mais je le répète : la saison s’annonce compliquée ».

JPEG - 803.4 ko
© CASSANDRE STURBOIS - CAZOU ASBL

Des programmes à succès repoussés

Les nouveautés ne seront pas les seules à êtres observées attentivement. Certains programmes à succès existant depuis plusieurs saisons pourraient rester sur le carreau : non pas parce qu’ils ne fonctionnent plus mais parce que les chaînes ne veulent prendre aucun risque. Difficile pour RTL-TVI d’envisager dans le contexte sanitaire actuel de suivre aux 4 coins de la planète « Des Belges en or » ou pour la RTBF de confirmer dans l’immédiat la 30ème saison des « Carnets du bourlingueur ». « C’est la grande incertitude concernant les épisodes prévus en fin d’année, confirme son animateur globe-trotteur Philippe Lambillon. Je devrai peut-être tourner dans un désert ou à très haute altitude pour respecter la distanciation sociale. Mais je ne tiens pas non plus à m’envoler vers un pays qui, quelques jours plus tard, fermera ses aéroports suite à un rebond du coronavirus. La crise sanitaire est encore loin d’être derrière nous ».
Autre « trou » susceptible de faire perdre l’équilibre de nos télés dans les prochains mois : les séries américaines. Celles-ci assurent de belles audiences aux diffuseurs qui les programment à gogo dans leurs grilles (elles représentent près de 20% des grilles). Malheureusement, bon nombre de tournages américains, interrompus en mars suite à la crise sanitaire, sont toujours à l’arrêt en ce moment. Et c’est le comté de Los Angeles - où est situé Hollywood et qui couvre près de 900.000 emplois dans l’industrie du divertissement – qui est l’un des plus impactés par le coronavirus. « Notre stock de séries n’est pas infini, confirmait en mars dernier à Ciné Télé Revue Sandrine Gobbesso, directrice générale de la Télévision chez RTL Belgium. Nous sommes aussi confrontés à des sociétés de doublage et de montage qui sont fermés, des tournages qui s’annulent... ». La prochaine saison-télé risque bien d’être celle de toutes les surprises...

Partager :