JOURNALISTE FREELANCE.BE Le site des journalistes indépendants

« On a demandé à la fédération une priorité sur les clubs ‘outdoor’ »

14 mai 2021
par  Emmanuel Thyssen
( Le virus du sport , Presse écrite )

Le club des Bayards à Liège (5 terrains intérieurs de padel) n’a pas pu profiter de l’autorisation de la discipline… en extérieur.

Si l’Horeca a été largement touché par la crise sanitaire, le sport n’est pas en reste. Depuis des mois (surtout en hiver), quelles disciplines étaient accessibles ? La course à pied et les sports en extérieur… ne craignant pas (trop) la météo hivernale.

Dans ce cas de figure se retrouvait le padel, une jeune discipline en pleine explosion depuis quelques années. Las pour Gordon Henroye (propriétaire du club des Bayards à Liège) et Guillaume Crasson (international belge de padel et responsable sportif aux Bayards), leurs cinq terrains de padel sont en… intérieur. Couverts ! Et donc fermés au public ! Voilà qui se nomme un manque de chance de voir la pratique de sa discipline autorisée, sans pouvoir bénéficier des conditions d’exploitation de ses terrains.

Remontons quelques années en arrière, le Tennis Club des Bayards est connu dans la région liégeoise. Mais, en 2018, le club est mis en vente et Gordon Henroye (aussi propriétaire du Jena Tennis à Sclessin) se porte candidat au rachat dudit club. Mais…

« En fait, Guillaume et moi donnions cours de tennis au Jena et je savais l’intérêt grandissant de Guillaume pour le padel », raconte Gordon Henroye. « Puis, une fois, on va jouer avec des collègues profs de tennis et au retour, sur le ton de la blague, on se dit que l’on va mettre dix terrains au Jena ! Finalement, l’idée fait son chemin mais la cohabitation entre tennis et padel en intérieur nous fait craindre des nuisances sonores pour les membres du tennis. Puis, on a appris la mise en vente des Bayards, on s’est lancé et l’idée de base a de suite été de convertir tous les terrains de tennis en espaces pour le padel. »

On est lors à l’été 2018. Le padel n’est pas encore aussi populaire qu’aujourd’hui et l’est encore bien moins qu’il ne le sera dans un proche avenir. « À ce moment-là, nous étions le plus gros centre couvert de padel (5 terrains) en Belgique. Je n’ai jamais eu peur d’entreprendre mais, quand on se lance un défi dans un nouveau sport… »

JPEG - 245.2 ko
© Emmanuel Thyssen

Après une année et demi voyant cette discipline se développer et une occupation des terrains assez assidue, est venu le couperet du Covid. De quoi freiner l’évolution du centre liégeois. « On a pu jouer l’été dernier mais c’est la saison d’hiver qui pose aujourd’hui problème. Les abonnements, basés sur 30 semaines, n’ont pu être honorés que durant 5 semaines. Aucun membre n’a demandé le remboursement, ce qui aurait été plus que complexe à réaliser, mais on a mis en place un système des bons d’achats (au bar, sur des heures de terrain…) à concurrence de la moitié sur 2021 et l’autre moitié sur 2022 », explique le gestionnaire des lieux.

Mais la perte est et reste conséquente, seuls quelques cours à des enfants étant autorisés. « En temps normal, pour des cours tous types, on utilise tous les soirs un ou deux terrains chaque jour de la semaine. Là, on se contente de leçons le samedi matin avec des enfants », regrette Guillaume Crasson, indépendant et dont les seules rentrées sont celles des cours. « Il s’agit plus d’un service pour les enfants qu’une source de rentabilité. »

Comme pour beaucoup d’autres tenanciers de clubs sportifs, la réouverture des complexes destinés au sport est plus qu’une nécessité pour Gordon Henroye. « Cela a assez duré ! Le problème tient à des soucis d’incohérence. Chez nous, tout est safe pour la pratique du sport, mais on ne peut pas ! Je me demande comment certains professeurs de sport tiennent le coup. » Et le sujet des aides octroyées a le don d’irriter le gérant des Bayards. « Depuis mars 2020, nous avons eu en tout et pour tout deux aides : une de 5.000 € et une de 6.500 €. Moi, je n’ai pas la possibilité d’avoir le droit passerelle. Or, des frais sont à rembourser. Comme le crédit qui, après avoir été mis entre parenthèses par les banques, doit de nouveau être remboursé depuis avril ! »

Alors que la fin de ce long calvaire semble trouver prochainement son épilogue, la reprise risque de ne pas être totale immédiatement pour un club indoor en été. Vu son statut de ‘pionniers’ du padel en indoor, le duo espère obtenir une petite compensation par rapport à leurs ‘concurrents’ disposant de terrains outdoor. « En partie grâce à notre initiative aux Bayards, le padel avait connu un vrai boom. Les gens ont pu y jouer dans un environnement confortable avec cinq terrains. Le boom du padel c’est un peu nous aussi », signale Gordon Henroye.

JPEG - 250.7 ko
© Emmanuel Thyssen

« On a consenti des efforts pour la pratique de ce sport dans de bonnes conditions et cela a rendu service à tous les clubs outdoor. On a contacté la fédération et l’on espère qu’elle fera un geste pour les clubs indoor comme le nôtre », enchaîne Guillaume Crasson. « En ayant pu reprendre depuis des mois, les clubs outdoor ont pu compter sur la rentabilité de leurs terrains. Ici, j’ai envoyé un mail à la fédération en leur demandant, par exemple, que l’indoor soit prioritaire sur l’outdoor pour l’organisation de tournois… »

Affaire à suivre pour un club qui a accueilli début avril une manche de la coupe du monde. Une première en Belgique, avec les meilleurs représentants européens (français, espagnols, portugais…) mais sans les Sud-Américains, privés de voyages à cause de la crise sanitaire. « Bien sûr qu’accueillir une telle compétition nous a ravis », reprend Gordon Henroye. « Hélas, cela a frustré beaucoup de nos affiliés puisque cela s’est déroulé sans public : ils auraient aimé venir voir des tops joueurs, dont Guillaume. Puis, il n’y a pu avoir aucune recette au bar vu qu’il était fermé… »

Si le Covid a causé bien des soucis aux clubs indoor de padel, il a par contre servi au développement de ce sport, l’un des seuls autorisés durant des mois. « Et son explosion n’est pas finie », concluent avec un sourire les duettistes des Bayards.

Pour tout contact :
gordon.henroye@skynet.be, guillaume.bayards@gmail.com
ou encore via le site des Bayards (www.bayards-sports.be) et sa page Facebook.

Partager :