JOURNALISTE FREELANCE.BE Le site des journalistes indépendants

Les vêtements deuxième main pendant la pandémie

23 décembre 2020
par  Ragnar Skre
( Le virus des héros comme des gens ordinaires , Presse écrite )

Lorsque la vie coûte plus cher, il faut trouver de nouvelles solutions et moyens de sortir, et peut-être acquérir de nouvelles compétences. Cela signifie-t-il que les vêtements deuxième main ont joué un rôle plus important ? Au magasin de la Croix-Rouge à Jodoigne, ils le pensent.

Le personnel du magasin a remarqué une augmentation des clients et des ventes en lien avec le changement d’atmosphère dans la société. Les clients de cet après-midi passent beaucoup de temps et il y a peu de monde, malgré le beau temps.

Michael Peeters s’arrête pour chercher les vêtements de son enfant.

- Oui, pour les vêtements pour les enfants. Des vêtements pour moi aussi, mais pas maintenant, car j’ai assez de vêtements. Je n’ai pas d’argent pour acheter de nouveaux vêtements maintenant. Ce que j’ai maintenant, je l’ai depuis longtemps. Aussi avant le Covid c’était comme ça, mais depuis Covid c’est plus.

- Comment avez-vous géré jusqu’à présent, pendant la pandémie de Covid ?

- Très mauvais. Ce n’est pas facile. J’ai aussi perdu mon travail, mais avant. Et ma femme ne travaille pas. Avec mes enfants, ce n’est pas facile maintenant. Trouver du travail n’est vraiment pas facile maintenant. Et il faut toujours faire attention à tout, tu sais ? Lorsque nous sortons quelque part, toujours prudent.

- Comment ta vie a-t-elle changé ?

- Il faut toujours être prudent. Soyez toujours conscient de ce que vous faites. Regardez toujours qui est à côté de vous. Il n’y a plus de vie.

JPEG - 259.9 ko
Kimberley Dasilva Pereira (25 ans) est venue pour la première fois au magasin de vêtements de la Croix-Rouge à Jodoigne.
© Ragnar Skre


- Comment gérez-vous toutes les choses pratiques de votre vie ?

- Chaque fois que nous sortons, nous mettons un masque. Nous restons la plupart du temps à la maison. Le plus souvent. Nous ne voyons plus d’amis. Nous sommes sortis maintenant juste pour prendre l’air. J’ai perdu mon travail juste avant Covid. Maintenant je cherche un travail, mais ce n’est pas facile, avec les enfants et tout.

- Avez-vous acquis de nouvelles compétences pendant la pandémie, par exemple pour faire du pain à la maison ?

- Oui, nous cuisinons plus à la maison maintenant. Ça c’est sûr. Nous cherchons également sur Internet comment cuisiner quelque chose. De plus, nous regardons toujours les prix.

- Avez-vous obtenu un soutien financier du gouvernement grâce à Covid ?

- Non, je n’ai que les allocations de chômage. Juste ça. Mais mes parents m’aident. Rien d’autre. J’ai demandé de l’aide pour certaines choses, mais ils ne peuvent pas m’aider avec tout mon crédit, mon prêt immobilier, mon prêt auto. C’est trop pour eux. Ils m’aident simplement avec mes factures d’électricité.

- Cette crise, pensez-vous que quelque chose a définitivement changé dans votre vie, que ce ne sera plus la même, quand la pandémie sera finie ?

- Je ne sais pas, j’ai toujours fait attention, à nettoyer, à me laver les mains, avant le Coronavirus, mais peut-être plus maintenant qu’avant le Coronavirus. Concernant le travail, je ne sais pas. Nous verrons s’il revient.

Lorsqu’un magasin de vêtements d’occasion attire de nouveaux clients, cela peut ou non être le signe de quelque chose. Kimberley Dasilva Pereira (25) sort la porte avec une pile de vêtements pour son enfant, après sa première visite dans ce magasin.

- Je suis venu ici pour chercher un peu de tout. Pour l’enfant, soit pour moi, soit n’importe.

- Avez-vous trouvé ce que vous cherchiez ?

- Oui, elle répond avec un sourire et montre la pile de vêtements soigneusement pliée.

- Comment gérez-vous la pandémie de Covid ?

- C’est compliqué, c’est compliqué de pas voir souvent sa famille, de tout seul chez soi, et voilà.

- Est-ce que quelqu’un que vous connaissez a-t-il été directement touché ?

- Oui une amie. Elle était malade et elle est restée chez elle, mais elle va mieux.

- Pensez-vous que les choses reviendront à la normale après la pandémie ?

- Non, du tout. Ça ne va pas redevenir normal. Déjà on voit comment ça fonctionne. Ça ne sera plus comme avant.

- Pourquoi ?

- Je ne sais pas. Avant, on sortait dehors, déjà sans les masques. On se rejoindrait tous entre amies. On pouvait aller dans la famille comme on voulait. On pouvait voyager comme on voulait. Mais non plus, c’est fini tout ça. Pour l’instant avec le Covid, c’est comme ça.

À l’intérieur du magasin, ils confirment aux vendeuses Anne Marie et Dominique qu’ils ont connu une augmentation notable de leur chiffre d’affaires pendant la pandémie.

- On a eu beaucoup de clients, oui. Peut-être le même nombre de clients, mais ils achetaient plus, quoi. Donc, c’est ça. Je pense que des entends dur pour tout le monde, donc, les vêtements deuxième main. C’est toujours intéressant, eh ? dit Anne Marie.

- Qu’est-ce que vous pensez de ce thème ? C’est une crise...

- Oui. La vie est chère malgré tout. Je trouve que la vie est plus chère puisque la pandémie.

Son collègue, Dominique, ajoute :

- Oui, voilà, pourquoi les vêtements deuxième main ? Beaucoup de succès je pense. Mauprès le petit prix. Par exemple, une paire de chaussures, une paire de bottes. 4 euros une botte, eh ? Ici, le prix, ce qui n’est pas bon budget. Ce n’est pas très cher. Mais il faut trouver, tous les jours. Les gens doivent venir régulièrement, parce que tous les jours, on remet quoi.

- Ce n’ est pas fini, la pandémie. Ce n’est pas une drôle période.

Partager :