JOURNALISTE FREELANCE.BE Le site des journalistes indépendants

Les anciennes gares se mettent en ligne

7 juillet 2021
par  Eric Cornu
( Tout... sauf le virus ! , Presse écrite )

Pierre Lemal et Marcel Vilain sont cheminots retraités. Les deux septuagénaires sont restés amoureux de leur métier de « travailleurs du rail ». Leur passion les a conduits à remonter le fil de l’histoire des anciennes gares, notamment dans le Hainaut. Ils ont lancé un groupe « Facebook » dont la communauté n’a jamais cessé de grandir, notamment pendant les périodes de confinement. Pourtant, les deux amis ne connaissaient que très peu l’informatique et les réseaux sociaux au lendemain de leurs retraites…

Cheminot un jour, cheminot toujours. Pierre et Marcel vivent au quotidien, des années après leurs retraites, leur passion pour ce qui fut leur métier : le rail et son riche patrimoine, le matériel roulant, la signalisation, les gares, surtout les gares, leur vie économique, sociale, populaire. Les deux hommes ont vécu leur carrière tout près de la voie : Pierre était membre du personnel administratif, Marcel était chef de gare au cœur du Borinage, là où le charbon inventa le rail, où il le tua un peu, aussi, au lendemain de la fermeture des nombreux charbonnages de l’endroit. Forts de leur connaissance du terrain, les deux passionnés, entourés de quelques autres, sont partis à la recherche des traces du passé ferroviaire, en marchant, cartes ign, appareils photos et calepins à portée de main, sur les traces des anciennes lignes, désaffectées, des gares oubliées, détruites, fantomatiques, pour les faire revivre dans une « Saga des Gares » époustouflante d’enthousiasme. Le projet a été supporté par la presse locale et par l’antenne de Vivacité qui lui ont ouvert leurs pages et chroniques, par la télévision régionale et ses « Quartiers d’Histoire ».

« Les différentes chroniques ont débouché sur plusieurs livres publiés aux éditions du Patrimoine ferroviaire », explique Pierre Lemal, animateur, par ailleurs, d’un groupe des marcheurs du dimanche sur le thème de la « Sauvegarde des Voies lentes et du Patrimoine naturel ». Un blog, un groupe Facebook en sont nés, les publications ont circulés sur réseaux sociaux, elles ont été enrichies, partagées, commentées. Privés de leurs chères balades par les mesures de confinement, les marcheurs se sont retrouvés « en ligne , en promenade virtuelle. « Nous sommes aujourd’hui plus de 1.700 membres au sein de notre groupe », explique Marcel Vilain. « Les internautes visitent nos contenus tous les jours par centaines, les demandes d’adhésion affluent. Nous avons publié 118 fichiers historiques ont été postés parallèlement aux contenus quotidiens sur notre « journal ». Les photos historiques se comptent par centaines, des membres viennent compléter nos collections en ligne. C’est toute l’histoire de notre région qui est ainsi revisitée. Nous sommes aussi actifs sur d’autres groupes locaux et cela nous permet d’élargir notre réseau et nos interactions. Nous remarquons souvent que nos publications permettent à beaucoup de comprendre ce qui s’est passé jadis à deux pas de chez eux, dans un ancien charbonnage, une ancienne gare ou entreprise aujourd’hui abandonnée… »

JPEG - 68.4 ko
© Saga Gares

Au fil du temps, Pierre et Marcel ont donc appris à utiliser, à maîtriser les réseaux sociaux, à sentir l’intérêt de leur audience, à séduire de nouveaux suiveurs. « Il a fallu que nous soyons retraités pour nous intéresser à Facebook et à ses ressources ! Nous avons certes un peu connu l’informatique à la fin de nos carrières mais c’était rudimentaire, technique, limité et sans possibilité d’interaction sociale. Nous avons donc franchement évolué », souligne Pierre Lemal. « Aujourd’hui, je travaille sous Windows 10 après être passé par toutes les étapes de ce système, j’ai passé de très nombreuses heures à l’ordinateur pour comprendre, pour apprendre à utiliser, à appréhender les réseaux sociaux, à modifier et à publier des photos. Je suis devant mon écran, tous les jours, tôt le matin, tard le soir, pour répondre aux commentaires de nos suiveurs, pour faire vivre notre communauté. Nous sommes très heureux de ce que nous avons appris et réalisé en un peu plus de dix ans. Nous avons certes toujours nos bonnes vieilles cartes ign avec nous mais nous utilisons surtout Google Maps pour tracer et partager nos circuits de promenades. Cela encourage nos suiveurs à nous rejoindre sur le terrain. Et les personnes intéressées, de plus en plus nombreuses, partagent volontiers leurs souvenirs, leurs témoignages, des photos anciennes, de vieilles cartes postales, ce qui enrichit énormément nos dossiers en ligne. La période confinement en 2020 a été difficile à vivre, comme chacun le sait, mais nous avons continué à diffuser des informations, à marcher seul ou à deux sur le terrain, à prendre des photos et à les partager avec nous suiveurs. Ces promenades « virtuelles » ont été une bouffée d’air… Les choses sont désormais revenues presqu’à la normale et nous avons pu reprendre nos balades dominicales en groupe, à faire découvrir ou redécouvrir nos campagnes, notre patrimoine, notamment ferroviaire. Chaque balade est commentée, postée sur les réseaux sociaux qui sont notre véritable lien avec nos suiveurs. Notre groupe « La Saga des gares à Mons et dans le Borinage » compte près de 2.000 membres, « Les amis du Ravel dans le Borinage » plus de 1.500, celui relatif au « Tram au Borinage et à Mons » frôle les 5.000 suiveurs, tous triés sur le volet. Et nous voulons encore aller plus loin. » La passion n’a pas d’âge !

La Saga des Gares à Mons et dans le Borinage : www.facebook.com/groups/209411322192

Partager :