JOURNALISTE FREELANCE.BE Le site des journalistes indépendants

Les Repair Cafés, c’est en ligne pendant le Covid

1er juin 2021
par  Marie Thieffry
( Le virus de la débrouille , Presse écrite )

Avec les mesures liées à la pandémie, les Repair Cafés sont fermés. Pour pallier ce manque, une initiative visant à les regrouper en ligne s’est lancée.

Face à l’ordinateur, oreillettes connectées depuis le living room, l’heure n’est pas à un apéro-zoom, mais à tenter de réparer un vieux casque audio défectueux que l’on pensait jeter. De l’autre côté de l’écran se trouve Alessandro, un réparateur bénévole habitué des Repair Cafés qui s’est inscrit dès son lancement sur la plateforme Repair Connects. Lancée en janvier dernier, cette plateforme propose de mettre en lien des bricoleurs bénévoles avec des propriétaires d’objets défectueux via un appel vidéo.

Véritable « bricoleur compulsif », Alessandro évalue la panne en moins de temps qu’il n’en faut pour l’écrire… Deux câbles sont sectionnés : la batterie interne de l’oreille gauche n’est plus reliée à la carte électrique. Pour cet addict des Repair Cafés – « J’en fait cinq par mois en temps normal… » – l’arrêt total des activités de bricolage bénévole générait une sacrée frustration. Il s’est donc inscrit dès que les Repair Connects ont été lancés. Depuis, il a aidé à réparer des dizaines de petits appareils.

JPEG - 75.1 ko
© Repair Together

« Au début du confinement, de nombreux Repair Cafés ont tenté de trouver des astuces pour pouvoir continuer à faire vivre la philosophie de l’auto-réparation et du zéro déchet », explique Luc Deriez, coordinateur de l’ASBL Repair Together qui participe au projet. « En Flandre, l’un d’eux, le Maakbaar Leuven, a pensé une plateforme qui permettrait à l’ensemble des initiatives de se connecter, peu importe la ville ou la région : que des réparateurs en France puissent aider à bricoler des objets en Belgique ou qu’un Belge conseille un Allemand... » Grâce au projet européen Sharepair, qui subsidie des organismes aidant les citoyens à trouver des solutions de réparation pour leurs équipements électriques et électroniques, l’idée se concrétise. L’ASBL Repair Together, qui rassemble 171 des Repair Cafés en Wallonie et à Bruxelles, y a contribué avec d’autres partenaires. Elle a depuis permis de réparer 263 objets en ligne : beaucoup d’imprimantes, de nombreuses machines à coudre et globalement du petit électronique comme des rasoirs, des machines à café… « On voit aussi des machines à laver et des fours, que nous ne traitons normalement pas car ils sont trop lourds à transporter. Là, au moins, ils sont à domicile et nous avons la possibilité de diagnostiquer la panne à distance ! », sourit Luc Deriez.

Des réparateurs plein d’astuces

« L’idée des Repair Connects n’est pas de prendre la place de ces évènements sociaux, très humains, mais bien de continuer à donner la possibilité aux gens de réparer eux-mêmes tout en apprenant quelque chose à distance », observe Emmanuel Van Der Bruggen chargé de mission au sein de l’ASBL. « Pour l’instant, ça marche bien ! Mais nous aimerions que l’offre s’élargisse : sur les huit groupes existants, nous sommes les seuls avec notre trentaine de réparateurs actifs en ligne à proposer des réparations en français. Or, chaque Repair Café peut créer son groupe en ligne et rester dans l’idée d’être le plus local possible ! »

JPEG - 88.9 ko
© Repair Together

Au départ, les réparateurs étaient sceptiques : est-ce que cela allait vraiment fonctionner en ligne ? « On se rend bien compte que l’on a de moins bons résultats qu’un Repair Café classique en présentiel où l’on va jusqu’à réparer 70% des objets sur place », observe Alessandro. « On se trouve souvent face à des personnes pas toujours bien équipées… » C’est le problème avec le casque audio que l’on essaye encore de remettre en état : pas de petit fer à souder à domicile… Donc impossible de bricoler l’objet en direct. « Mais il est réparable ! Vous le savez maintenant, ne le jetez pas », lance Alessandro avant de poursuivre avec une série de conseils. Car les réparateurs donnent d’autres astuces, renvoient vers d’autres lieux à proximité pour trouver l’outil adéquat ou le bon réparateur : « Votre voisin, il n’a pas un fer à souder par hasard ? » Bonne question. La discussion se termine alors et le dépannage avec. Certes, l’outil n’est pas (encore) remis à neuf, mais ce moment passé a brisé la routine du confinement tout en permettant d’apprendre gratuitement quelque chose... Et puis, finalement, ce vieux casque audio ne finira pas à la poubelle.

www.repairconnects.org/fr

Partager :