JOURNALISTE FREELANCE.BE Le site des journalistes indépendants

Les Classiques Wallonnes prennent (un peu) leurs distances.

20 mai 2021
par  Guillaume Nicolas
( Le virus du sport , Presse écrite )

Cette année encore, place au huis-clos pour les courses cycliste Belges. L’UCI a également décrété la fin du jet de bidons pour les coureurs. Drôle d’ambiance donc sur le parcours de la Flèche Wallonne et de Liège-Bastogne-Liège version 2021. Reportage sur la place afin de prendre la température auprès du public, mais aussi des acteurs de ce sport, les coureurs.

Mercredi 21 avril, 9 h 36, débarquement masqué à Huy pour suivre au plus près la Flèche Wallonne femme/homme avec son célèbre et redouté par tous Mur de Huy comme juge final pour la victoire finale. Première constatation, le parking des coureurs est totalement inaccessible au public et à la presse, tout est barricadé et surveillé activement pour la sécurité des coureurs et des différents staffs.

Cela nous plonge directement dans l’ambiance... Direction ensuite vers le Mur de Huy pour assister au premier passage des femmes et là de nouveau accès interdit.

Quelques mètres plus bas, les amateurs de cyclisme commencent à se rassembler en petit groupe pour applaudir les courageuses qui vont franchir ce mur qui casserait les pattes à plus d’un averti.

Derrière les masques, on peut imaginer la joie de cette foule qui exprime leurs encouragements par des cris et des applaudissements.

L’après-midi, place aux hommes avec pas moins de trois passages et un public qui gonfle tout en respectant au mieux les mesures sanitaires. L’ambiance est vraiment bon enfant : « Nous adorons suivre ce sport, ce sont de vrais courageux ! Ils souffrent pendant des heures sur le vélo. Nous nous devons de les soutenir » souffle un passionné de cyclisme venu exprès de Flandres. Juste en face, un enfant s’exclame : « J’aimerais tellement recevoir un bidon ! Julian Alaphilippe, Philippe Gilbert ou même n’importe quel autre coureur mais ce sera difficile avec les nouvelles règles, dommage... ».

Vendredi 23 avril, les coureurs de la formation Wanty Groupe Gobert Intermarché se donnent rendez-vous dans la côte de la Haute Levée à Stavelot pour reconnaître le parcours de Liège-Bastogne-Liège qui aura lieu deux jours plus tard (Photos). Toute l’équipe est de bonne humeur, les coureurs plaisantent et se mettent en route en saluant d’un signe de main, de tête ou par une petite parole les nombreux supporters qui parsèment le parcours. Loïc Vliegen souffle : « C’est une période de l’année que nous affectionnons car nos supporters sont derrière nous et nous poussent lors des jours de courses mais également lors des reconnaissances. Même si la période n’est vraiment pas idéale, nous sommes heureux de pouvoir apercevoir que l’on reçoit du soutien. On a besoin du public pour vibrer à notre tour et nous pousser dans nos limites. J’en profite pour remercier tout le monde et j’espère que le retour à la normale permettra à nouveau d’avoir un contact privilégié avec les supporters. »

JPEG - 208.4 ko
© Guillaume Nicolas

Les coureurs terminent leur escapade sur le parking de l’hôtel en début d’après-midi, deux ou trois jeunes fans accompagnés par leurs papas attendent respectueusement tout en étant masqués l’arrivée des sportifs, tous recevront un précieux trésor tant recherché, un bidon de l’équipe et un sourire des cyclistes professionnels, enfants comme parents sont ravis.

Dimanche 25 avril, jour de la grande messe avec Liège-Bastogne-Liège. La victoire n’est espérée et possible que pour une minorité de coureurs tant la difficulté de la doyenne des classiques est importante par sa longueur et son dénivelé positif.

De nombreux curieux essayent d’approcher la ligne de départ pour prendre un cliché de leur favori mais il est difficile d’être au cœur de l’événement.

Un temps magnifique est au rendez-vous et les supporters aussi, malgré l’interdiction d’être sur le parcours. La police est bonne joueuse et laisse les personnes applaudir les champions qui doivent avaler pas moins de 260 kilomètres. Les amateurs de cyclisme répondent positivement en gardant

tous leurs masques et leurs distances avec les échappés et le peloton. L’ambiance est au rendez-vous sur toutes les côtes répertoriés mais l’on peut retrouver la véritable ferveur dans la célèbre Redoute où les fans de Philippe Gilbert hurlent son nom pour l’encourager. L’ambiance est telle que l’on a l’impression quelques secondes d’être dans un véritable stade de foot après un but.

Le cyclisme attire toujours les foules, on y retrouve des enfants, des adultes, des personnes âgées, des femmes, des hommes, des riches, des pauvres... C’est une véritable fête populaire qui reste encore aujourd’hui gratuite pour tous.

Partager :