JOURNALISTE FREELANCE.BE Le site des journalistes indépendants

Les 9 mystères de « Fort Boyard »

15 juillet 2021
par  Michael Schepers
( Tout... sauf le virus ! , Presse écrite )

Depuis le 18 juin, la RTBF et France 2 diffusent la nouvelle saison de « Fort Boyard ». Produit par ALP (déjà derrière « Koh-Lanta »), le jeu d’aventures séduit petits et grands depuis 1990. Mais connaît-on les secrets du Fort et de son histoire ?

Où se trouve « Fort Boyard » ?

Construit sous Napoléon et achevé en 1859, Fort Boyard est situé en Charente-Maritime, entre l’île d’Aix à l’est, l’île d’Oléron à l’ouest et le pertuis d’Antioche au nord-ouest. C’est Jacques Antoine, le créateur des « Chiffres et des Lettres », qui envisage au début des années 80 d’en faire le décor de « La chasse aux trésors ». Il y tourne l’émission-pilote (qui ne plaît pas à Antenne 2) et rachète le bâtiment en 1988 avant de le revendre au franc symbolique. Depuis 1989, le fort appartient au Conseil Général de la Charente-Maritime qui investit chaque année entre 200 et 300.000 euros pour le maintenir en état. Aujourd’hui, 120 personnes (répartis dans 35 corps de métier différents) travaillent sur l’émission.

Que font les candidats avant et après l’émission ?

Afin de profiter d’un maximum d’ensoleillement, les enregistrements de « Fort Boyard » démarrent au printemps. Les équipes tournent une émission et demi par jour. Les candidats faisant partie de l’émission qui sera mise en boîte sur la même journée arrivent la veille du tournage et démarrent le jeu très tôt le matin. Ils sont logés dans un hôtel où ils passent la nuit. Les candidats qui tournent une demi-émission par jour déposent leurs bagages à l’hôtel avant d’arriver sur le Fort fin de matinée. Une fois la demi-journée terminée, ils regagnent l’hôtel et seront de retour le lendemain matin sur le Fort pour la fin du tournage. Tous les participants arrivent sur le Fort par bateau, sont treuillés sur une plate-forme (que l’on ne voit jamais à l’écran) et, sur place, reçoivent un briefing de sécurité durant 1h30 par la production. On apprend aux candidats la manipulation d’un mousqueton, le maniement des bestioles, on leur explique de bien frapper sur la porte lorsque la clepsydre se vide afin que le candidat en cellule ne soit pas prisonnier,...

Qui est le Père Fouras ?

Le Père Fouras tient son nom d’un village (Fouras-les-Bains) situé à 9 kilomètres du Fort. Il a pour mission de garder le Fort l’hiver et d’accueillir les candidats l’été pour leur soumettre des énigmes. Depuis la 2ème saison, il est interprété par Yann le Gac, qui élabore également les épreuves du Fort ainsi que celles de « Koh-Lanta ».

JPEG - 151.6 ko
© Simon Pallard sur unsplash

Comment sont imaginées les épreuves ?

Depuis la création de l’émission en 1990, plus de 300 épreuves différentes ont été créées. Chaque année, de nouvelles voient le jour. Tout d’abord, ces nouvelles épreuves sont mises sur papier dans un bureau à Paris, notamment par Yann Le Gac. Ensuite, elles sont testées dans un hangar par les membres de la production en région parisienne. La troisième étape consiste à installer l’épreuve dans une cellule du Fort afin de voir si la superficie de celle-ci est compatible.

Que devient le Fort hors période estivale ?

Une fois que la version française de « Fort Boyard » est mise en boîte, d’autres pays se succèdent en juillet pour tourner le jeu d’aventures. Au Royaume-Uni, le Père Fouras s’appelle The Professor ; en Espagne, Passe-Muraille est Gorgorito ; en Grèce, Félindra devient Carmen. Une fois l’été terminé, les décors sont démontés, le bâtiment se repose et subit quelques travaux d’entretien.

Qui trouve les spécialités culinaires de Willy Rovelli ?

Depuis 2013, le restaurant de l’humoriste Willy Rovelli a ouvert ses portes à Fort Boyard. Dans cette épreuve, les malheureux candidats doivent déguster en 40 secondes une spécialité culinaire peu appétissante. Quelques exemples de plats : du hareng fermenté (Norvège), des makis aux yeux de poissons (Japon), du fromage pourri aux larves de mouche (Corse), des brochettes de tarentules (Thaïlande),... Ces spécialités locales existent vraiment ! Parmi ses collaborateurs, la société de production dispose de vrais globe-trotteurs qui sillonnent le monde et font part de leurs découvertes culinaires.

JPEG - 72.5 ko
© @georges015 sur unsplash

Comment sont choisis les candidats pour exécuter les épreuves ?

Les candidats ignorent les épreuves auxquelles ils seront confrontés. Avant le tournage, la production associe les candidats aux cellules : les compétences physiques des participants sont prises en compte. Par ailleurs, avant le tournage, la production remet aux participants un formulaire où ils doivent indiquer leur phobie. Pas question pour la production de mettre l’un d’eux en danger sur le tournage ! Néanmoins, certains invités ont connu une vraie crise d’angoisse sur le Fort. Comme Laurent Petitguillaume en pleine panique dans la cellule immergée, Baptiste Giabiconi dans l’épreuve « Safari », Laetitia Millot en découvrant des insectes ramper sur ses bras dans la cabine téléphonique, ...

Que sont en réalité les Boyard récoltés ?

Il s’agit de vraies pièces de monnaie composées de métal doré et frappées par la société de production. Sur une face le logo de « Fort Boyard » y est gravé. Sur l’autre figure l’image du Fort stylisé. Sur des sites de vente en ligne, un Boyard peut se négocier jusqu’à 250 euros.

La salle du trésor et la salle des prisonniers existent-elles vraiment ?

La salle du trésor se trouve au centre du rez-de-chaussée. Elle est le fruit d’un travail de décoration et est remontée chaque année pour les besoins des nouveaux tournages. Ses murs sont recouverts d’un revêtement plastique imitant la pierre.

La salle des prisonniers, située au deuxième étage, dans une cellule à l’écart, est sans doute celle qui est en lien direct avec les sources du Fort. En effet, à partir de 1871, le Fort Boyard était une prison comprenant 66 cellules de 20 m².

Partager :