JOURNALISTE FREELANCE.BE Le site des journalistes indépendants

“Le confinement me convient très bien”

12 juillet 2021
par  Indy Machiels
( Le virus des héros comme des gens ordinaires , Presse écrite )

Alors que la plupart des Belges souffrent des mesures de confinement depuis la mi-mars 2020, certains ont su en tirer profit et presque les apprécier. C’est le cas de Max, un Bruxellois de 65 ans. Il nous raconte qu’il a profité de ces mois de quasi-solitude pour développer son écriture et réaménager sa maison.

Le 17 mars 2020, la Première ministre Sophie Wilmès (MR) annonce que la Belgique va entrer dans un confinement strict pendant plusieurs semaines afin de stopper la propagation du Covid-19. Les contacts sont réduits, les déplacements deviennent très limités, les magasins doivent baisser leurs volets, les écoles ferment leurs portes, le télétravail doit être la norme… Bref, les Belges se retrouvent isolés chez eux pendant une période incertaine.

Beaucoup doivent trouver des solutions pour travailler à distance tout en s’occupant de leurs enfants et en supprimant presque tout loisir. Si beaucoup de personnes vivant seules ont confié leurs sentiments de déprime face à cet isolement prolongé, Max ne s’en est jamais plaint. Sans travail et sans enfant à la maison, cet artiste dans l’âme a donc décidé de ne pas plonger dans l’apitoiement de son sort.

S’offrir une nouvelle vue en aménageant le jardin

Dès les premiers jours de confinement en mars, le sexagénaire a profité de l’exceptionnelle météo qui faisait briller le soleil sur notre pays pour réaménager son petit jardin bruxellois. Disposant d’une terrasse prolongée par un jardin recouvert de petits galets blancs surplombés de bambous et de statues provenant des quatre coins du monde, notre passionné de décoration a décidé de bouleverser le positionnement de ces œuvres pour redonner une vie à son petit coin vert.

“Changer toute cette déco m’a donné l’impression d’être en voyage. Dans le jardin, j’ai décidé d’ajouter des objets que j’avais ramenés de mes voyages pour m’offrir une nouvelle vue et ne jamais me lasser d’être chez moi”, nous explique Max aujourd’hui.

Des souvenir passés qui font voyager

Une chance qui n’est pas donnée à tout le monde puisque le natif d’Auderghem est un réel citoyen du monde. Grâce à ses nombreuses expéditions aux quatre coins du globe, il a su accumuler un nombre incalculable d’objets d’art. Entrer dans sa maison donne l’impression d’être, soit dans un musée, soit dans une habitation d’un pays impossible à définir. Consul de Patagonie, ancien chef pygmée et décoré de bien d’autres titres, ce père bruxellois se réjouit aujourd’hui de replonger dans ses souvenirs en ressortant d’anciennes photos d’époque.

Bel-Ami du monde

Voyageur dans l’âme, Max a cependant toujours été attaché à sa Belgique natale faisant maintenant depuis quelques années du fil des jours son unique voyage. Cela fait tout de même plusieurs années que cet amoureux du monde et de son histoire n’a pas quitté Bruxelles. Il arrive d’ailleurs qu’il s’en plaigne pendant le confinement.

“Max a toujours été nostalgique de cette époque de grandes découvertes à travers le monde”, nous raconte d’ailleurs sa meilleure amie. Époque pendant laquelle ses nombreux voyages dans les cinq continents, ses découvertes de cultures, peuples, langues ou coutumes rythmaient et émerveillaient son quotidien.

“Je n’aurais jamais vu ma vie autrement qu’en voyageant pour découvrir les secrets si bien cachés de notre jolie planète tellement mystérieuse.”, confie Max.

Plus d’un mois confiné, mais toujours plein d’idées

Les premiers magasins à rouvrir ont été les jardineries et boutiques de bricolage. Ce qui a permis à notre amoureux de la décoration de faire quelques courses pour modifier l’aspect de son intérieur. “Dans ces moments de solitude où mon unique vue quotidienne était mon intérieur, je me suis dit qu’il fallait que je change quelques petites choses pour ne jamais me lasser”, indique Max.

Ajouter une plante, changer de canapé, mettre le salon à la place de la salle à manger, poncer un meuble, ajouter un cadre, déplacer des statues… Tant de gestes qui ont permis à l’homme de 65 ans de ne jamais souffrir de sa solitude pendant ces longues semaines de confinement.

JPEG - 159 ko
© Indy Machiels

L’écriture, une passion pendant laquelle le temps se suspend

Outre sa passion pour la décoration, Max est un féru d’Histoire. Alors, en plus de lire sans cesse des recueils historiques, il pose sa plume pour écrire l’Histoire de notre civilisation. “Je suis passionné d’Histoire et j’aime écrire, alors j’ai allié mes deux passions pour écrire des livres résumant l’Histoire européenne et américaine à travers les personnages phares qui l’ont rythmée depuis l’Antiquité.”, explique l’écrivain en herbe.

Un hobby qui a permis à Max de faire passer le temps d’une manière qu’il n’aurait jamais pu imaginer. “D’habitude je vais dormir vers 22 heures et je me réveille aux alentours de 6 heures du matin, mais quand j’écris, je me surprends à être encore debout à deux heures du matin, sans avoir ressenti la moindre fatigue”

Le couvre-feu et le confinement hivernal

Après un été 2020 plus souple pour les Belges, une deuxième vague a poussé les autorités à reconfiner la population à l’automne, en ajoutant un couvre-feu. Une situation qui n’a pas bouleversé le moral de Max. "Évidemment cela faisait du bien de revoir du monde, de boire un verre en terrasse et faire mon marché pendant l’été, mais devoir à nouveau limiter mes contacts cet automne ne me dérange pas plus que ça”, souligne-t-il.

“C’est un peu drôle à dire mais grâce au couvre-feu, les copains qui me rendaient visite avaient une obligation de rentrer chez eux et donc de ne pas s’éterniser les jours où j’aurais aimé être seul.”, sourit Max.

Après l’automne, les mois d’hiver sans pouvoir profiter du jardin commençaient tout de même à peser sur notre amoureux de l’été et du soleil. “J’avoue que le début de l’hiver n’a pas été la meilleure période de cette crise sanitaire. Il fait sombre, froid, c’est assez triste”. Alors, en plus de poursuivre ses écrits, Max a su trouver une nouvelle occupation hivernale. “Le jour de Noël, j’ai reçu l’un des plus beaux cadeaux de ma vie de mon fils. On ne vit plus ensemble mais il est passé ce jour-là et a déballé une télévision géante”, pétille le père de famille. Il venait de recevoir un écran plat de 163 cm de qualité exceptionnelle.

“Oui je regardais déjà la télévision et j’adore les grands films, mais grâce à cet écran, je redécouvre des chefs d’oeuvre du cinéma et une nouvelle passion. Et en plus, mon fils m’a installé Netflix, ce qui m’offre un catalogue infini de contenus passionnants.”, s’émerveille Max.

Aujourd’hui, après la troisième vague et avec le retour des beaux jours, le Bruxellois est toujours aussi épanoui et est loin d’être à bout d’idées d’occupations pour l’été. “Je suis heureux que le soleil soit de retour, je vais pouvoir profiter du jardin”. En effet, Max a déjà l’intention de fabriquer un barbecue sur sa terrasse et d’acheter un aquarium géant pour son salon… De quoi passionner et occuper l’homme aux 1001 idées. “En résumé, je peux dire que le confinement me convient très bien”, conclut Max.

Partager :