JOURNALISTE FREELANCE.BE Le site des journalistes indépendants

La fondation Nick Gillekens a déjà récolté 57.000 euros pour les enfants touchés par le cancer

9 juillet 2021
par  Sébastien Huzler
( Le virus de la solidarité , Presse écrite )

Gardien professionnel à l’Excel Mouscron, Nick Gillekens a créé une fondation en 2015 qui tente d’apporter un peu de baume au cœur auprès d’enfants hospitalisés à l’UZ Leuven. Chaque année, il organise avec d’autres bénévoles un tournoi de football qui réunit près de 1.000 personnes motivées pour soutenir la bonne cause. Avec la crise sanitaire, la fondation Nick Gillekens a été contrainte de faire l’impasse à deux reprises sur son épreuve.

En 2010, lorsqu’il avait 15 ans, Nick Gillekens rejoignait le centre de formation d’Oud-Heverlee Louvain, un choix judicieux puisqu’il a ensuite gravi les échelons jusqu’en équipe première avec laquelle il a disputé 58 rencontres entre 2013 et 2019. Parti relever un nouveau défi à l’Excel Mouscron depuis, le portier doit se cantonner à un rôle de réserviste. Les aléas de la vie d’un gardien. Né à Louvain, Nick Gillekens est aussi à l’initiative de la création d’une fondation qui porte son nom et qui a pour mission d’apporter un soutien financier au fonds de l’UZ Leuven, qui vient en aide aux enfants touchés par le cancer. Ce sont des expériences personnelles pour le moins douloureuses qui l’ont mené vers cette démarche.

JPEG - 172.9 ko
Des activités pour les enfants
© Nick Gillekens Foundation

« Lorsque je jouais à Louvain, nous nous rendions chaque année à l’hôpital universitaire pour rendre visite à l’école de l’hôpital, où sont donnés des cours aux enfants qui soignent un cancer », explique le portier. « Lors d’une visite, j’ai rencontré un jeune qui était supporter du Beerschot, il est décédé depuis. A 5-6 ans, je m’étais lié d’amitié avec un enfant de mon âge grâce au football. Mon parrain jouait avec son père. Nous assistions à leurs matches. Il est malheureusement décédé d’un cancer à 13 ans, ça avait été très rapide. Je connais sa famille, sa disparition m’avait beaucoup touché, nous avions connu des moments forts ensemble ». Ces deux disparitions ont renforcé la volonté de Nick Gillekens à contribuer à l’amélioration du quotidien d’enfants touchés par la maladie. « Après la rencontre avec le jeune à l’hôpital, j’ai discuté avec un ami et nous avons émis l’idée de créer un grand tournoi de football caritatif, ce qui n’existait pas dans la région de Louvain. Nous l’avons lancé pour la première fois en 2015. Depuis lors, notre structure a bien grandi. Tous nos bénéfices sont reversés à un fonds spécifique de l’UZ Leuven en faveur des enfants malades. Ça lui permet d’organiser différentes activités, comme par exemple programmer des journées dans des parcs animaliers. Durant leur sortie, les enfants peuvent être accompagnés par une infirmière qui peut intervenir en cas de problème ». Les familles aussi peuvent bénéficier de cette aide, des soins à domicile adaptés ont par exemple déjà pu être mis en place grâce aux dons.

JPEG - 281.3 ko
Nick Gillekens , gardien à l’Excel Mouscron
© Sébastien Huzler

Tout comme l’année passée, la fondation Nick Gillekens a encore dû faire l’impasse sur son tournoi en ce mois de juin. « C’est un peu compliqué en cette période pour récolter des fonds. Nous voulions organiser la vente d’un panier brunch à Pâques grâce au soutien de plusieurs sponsors locaux. Mais ça n’a pas pu se réaliser car seuls les restaurants étaient habilités à livrer de la nourriture. Ce que nous avons pu faire, c’est vendre des maillots de joueurs. Ce que nous faisons aussi lors de notre tournoi avec une vente aux enchères. Ce sont des tuniques de professionnels, qui n’hésitent d’ailleurs pas à venir participer à notre compétition ». Jérémy Doku avait par exemple offert son maillot à la fondation lorsqu’il défendait les couleurs d’Anderlecht. « Nous n’avons pas récolté beaucoup d’argent ces deux dernières années, mais j’espère que nous pourrons construire un événement encore plus grand en 2022 ».

Encore plus difficile d’apporter du réconfort

Depuis deux ans, les enfants de l’UZ Leuven n’ont plus reçu la visite de joueurs professionnels avec qui ils apprécient pourtant se livrer. Des rencontres qui leur permettent aussi l’espace d’un instant d’oublier la maladie. « Ils sont restés quasiment tout le temps en quarantaine, ce sont des personnes à risque. Pour eux, il était encore plus important de rester dans leur bulle. Avec Oud-Heverlee Louvain, nos visites étaient bien structurées. Une partie de l’équipe se rendait à l’école de l’hôpital, tandis qu’une autre partie du groupe se rendait directement dans les chambres. J’ai toujours été habitué à ces visites depuis que je suis passé professionnel ».

JPEG - 117.3 ko
Des maillots mis aux enchères
© Nick Gillekens Foundation

Plus que du football

Les différentes éditions du tournoi « 5-a side cup » ont permis au total de récolter 57.000 euros. « 32 équipes y participent à chaque fois, elles sont composées de neuf joueurs. Ca amène du monde, des stands sont aussi prévus pour se restaurer, il y a un DJ qui assure l’ambiance musicale. Depuis deux ans, nous avons rajouté une journée consacrée à un tournoi réservé aux entreprises. L’objectif est de leur permettre d’organiser un teambuilding. Pour les plus jeunes, nous avons organisé une journée axée sur la découverte de sports qui sont peu pratiqués en Belgique, comme le baseball ou la crosse. Notre événement ressemble presque à un petit festival ». La fondation Nick Gillekens est désormais bien rôdée en matière d’organisation. « Lors la deuxième édition de notre tournoi, nous avions récolté moins de 10.000 euros car il avait été décidé d’investir dans du matériel pour faciliter notre organisation. Elle porte mon nom, mais nous avons pensé à le changer. Le tournoi se déroule à Huldenberg, un petit village où tout le monde me connait. C’était dès lors plus facile de conserver mon nom pour la fondation, les gens font directement le rapprochement par rapport à la finalité de notre tournoi. Au début, nous étions à trois dans l’organisation. Nous sommes maintenant davantage car le travail est devenu de plus en plus important. Plus de 50 bénévoles sont mobilisés lors de notre week-end », conclut Nick Gillekens. Une belle mobilisation pour une noble cause.

Si vous souhaitez davantage d’informations sur la fondation : www.nickgillekensfoundation.com

Partager :