JOURNALISTE FREELANCE.BE Le site des journalistes indépendants

Des étudiants pour sortir du bois

30 juin 2021
par  Valentin Bianchi
( Le virus de la solidarité , Photo )

Octobre 2020, le collectif liégeois « Sortir du Bois » est contacté par un groupe d’étudiants en Architecture de l’Université de Liège. Leur idée, créer une structure légère et démontable pour améliorer les caravanes mises en place par le collectif un peu partout sur la Province de Liège.

Depuis Mars 2020, « Sortir du bois » apporte une aide extrêmement importante aux sans-abris liégeois. Le « sans-abrisme", pour les membres du collectif, n’a aucune distinction. Vous vivez dans la rue, peu importe votre contexte ou votre histoire, vous méritez un soutien solidaire.

Alors que la pandémie de Covid19 frappe le monde entier, plusieurs membres du collectif wallon d’aide aux migrants décident de mener une action forte, sur Liège, pour venir en aide aux sans-abris locaux. Un couvre-feu et un confinement entre en vigueur rapidement mais quid pour les personnes n’ayant pas de toit ? « Sortir du bois »décide alors d’orienter les sans-abris vers les coteaux de la Citadelle. Le but est simple, les éloigner du centre ville. Double utilité, leur éviter des amendes pour non respect du couvre-feu ou du confinement mais également, éviter les tentations liées aux addictions dont la plupart souffrent.

Des dizaines de tentes s’installent dans les bois des coteaux en quelques jours. Leur isolement rend obligatoire une aide supplémentaire. En effet, ici, pas d’eau courante ni de boutique de proximité. Plusieurs membres du collectif vont ainsi, pendant plusieurs mois, délivrer plusieurs milliers de repas et des milliers de litres d’eau potable à ces dizaines d’hommes et de femmes réfugiés au coeur des coteaux de la Citadelle.

Mais certains pensent déjà à l’époque à l’étape suivante. Pour aider tous ses abris, quoi de mieux que les sortir réellement de la rue et leur apporter un toit. L’asbl fonctionne sur les dons citoyens et grâce à ceux-ci, le collectif commence à acheter des caravanes. La caravane est l’étape intermédiaire et cette option s’avère très efficace. Un toit, être au sec et au chaud, ça n’a pas de pris sur le moral de toute personne.

Résultat, à l’été 2020, une première caravane est installée à Nandrin dans un jardin privé. Celle-ci sera pour Shiva, un sri-lankais bien connu dans les coteaux. Shiva avait été diagnostiqué avec une cirrhose du foie, les médecins lui donnaient quelques mois d’espérance de vie. Pratiquement un an plus tard, Shiva est sevré et aura bientôt un toit sous lequel il a lui-même travaillé pour rénover cet espace.
Ayant eu vent des actions du collectif « Sortir du bois », c’est naturellement qu’une quinzaine d’étudiants en Architecture prennent contact avec Philippe Mercenier, Sophie Bodarwé et Stéphane Riga, co-fondateurs du collectif. Souhaitant apporter leurs connaissances et leur technique, l’idée germe très vite. Proposer une structure légère pour habiller les caravanes. La structure doit être durable, légère mais aussi démontable.

C’est ainsi que durant plusieurs semaines, ces étudiants vont étudier, dessiner et mettre au point cette structure, avant de venir à Nandrin sur cette première caravane, cette caravane symbolique, occupée par Shiva pour monter, assembler ce joli vocabulaire architectural qui va donner une dimension encore plus pérenne à l’action du collectif « Sortir du bois ».

Partager :