JOURNALISTE FREELANCE.BE Le site des journalistes indépendants

Catherine Lallemand lance la C-Coaching Académy : « Ce n’est pas en lisant 3 bouquins qu’on peut se revendiquer coach »

11 décembre 2020
par  Thibaut Hugé
( Le virus du sport , Presse écrite )

D’un constat né des mauvaises pratiques depuis le début de la crise sanitaire, l’ancienne lauréate des 20 Km de Bruxelles a décidé de proposer un nouveau concept pour mieux former et accompagner les professionnels de l’activité physique et sportive.

La passion de la course à pied, son moteur de toujours, et une réflexion prolongée durant la période de crise sanitaire que nous vivons ont poussé Catherine Lallemand à passer à l’action. Encore un peu plus, serait-on tenté d’écrire, tant cette pétillante jeune quarantenaire aime s’investir dans de nouveaux projets.

Après sa carrière ponctuée par quatre succès aux 20 Km de Bruxelles, celle qui est diplômée en éducation physique est aujourd’hui passée de l’autre côté de la barrière pour transmettre son vécu et son savoir en tant que coach. Une dénomination parfois usurpée pour ce qui constitue un vrai métier difficile à faire reconnaître. Le premier confinement a notamment vu la multiplication des profils qui se sont intronisés "coach". Avec toutes les dérives que cela peut avoir.

De ce constat, Catherine Lallemand a décidé de lancer C-Coaching Academy, une première académie 100 % focalisée sur la formation autour de l’entraînement en course à pied en Belgique et qui a pour vocation de former de façon complète, tant au niveau théorique que pratique, les professionnels de l’activité sportive ainsi que, en complément, tous ceux désireux d’en savoir plus sur les bases de l’entraînement. Explications.

JPEG - 657.6 ko
@ Geoffrey Meuli

Catherine Lallemand, la naissance de cette académie est née d’un constat plutôt négatif sur les pratiques en matière de coaching en course à pied. Il y a là une vraie problématique ?
"Oui, j’avoue que je suis fatiguée de voir des gens non formés qui partagent toutes sortes de conseils en endossant la casquette d’entraîneur. Durant le premier confinement, les exemples de ce type se sont multipliés, notamment sur les réseaux sociaux. Chacun peut évidemment partager son expérience mais il faut aussi pouvoir rester à sa place et ne pas tromper ceux avec qui on partage ses conseils. Cela n’est ni bon pour la pratique du sport ni pour le métier de coach, qui n’est pas protégé. Ce n’est pas en lisant trois bouquins qu’on peut se revendiquer coach."

Vous parlez d’un danger potentiel pour les pratiquants. Pourquoi ?
"Dans certains cas, on joue clairement avec la santé des gens. Un conseil peut être bon pour une personne et très mauvais pour une autre. Si une anamnèse complète n’est pas faite avant d’établir un programme d’entraînement ou si on ne tient pas compte des habitudes du coureur, il est vite possible de passer à côté d’informations essentielles. Peu importe le niveau, il faut toujours savoir d’où vient le sportif, où il en est et comment il évolue. Ceci pour rendre l’entraînement réaliste et non juste appliquer la théorie. Par mon expérience du terrain, je sais également qu’un entraîneur est fort sollicité sur un tas de questions, parfois même d’ordre médical. Et qu’à ce niveau, il faut admettre ses limites et pouvoir, quand c’est nécessaire, renvoyer vers un médecin par exemple."

C-Coaching Academy arrive pour changer la donne ?
"Il faut rester modeste. Seule, je ne vais pas tout changer et faire reconnaître le métier. Mais avec mon expérience et mon nom, j’espère pouvoir avoir une influence positive sur ce constat. Et aider les professionnels de l’activité sportive à renforcer leurs compétences en matière d’entraînement à la course à pied et créer un réseau de coachs en qui on peut avoir confiance. Car ce n’est pas parce qu’on est formé à la préparation physique qu’on dispose de tous les éléments spécifiques à la course à pied. Au final, je pense vraiment que c’était le bon moment pour lancer ce concept."

On vous connaît en tant qu’ex-athlète. Mais vous avez vous-même un bagage derrière vous…
"Oui, c’est important de le souligner. Car ce n’est pas parce que tu sais bien courir que tu es nécessairement un bon coach. Et inversement. Je n’ai jamais enseigné mais, au départ, je suis professeur d’éducation physique. Mais ce n’était pas compatible avec ma carrière d’athlète. À partir de 2011, quand je me suis lancée dans le projet Trakks avec Christophe Thomas, j’ai commencé à suivre toute une série de formations de façon régulière."

Concrètement, comment va se mettre en place cette académie ?
"Nous allons dispenser une série de formations théoriques et pratiques, à partir de mars 2021. Nous, car je serai entourée de plusieurs spécialistes, comme Charles Dewolf pour la partie physio, Vincent Hamelynck pour tout ce qui touche à la bio-mécanique et Damien Pauquet pour la nutrition. De mon côté, j’interviendrai surtout sur la programmation de l’entraînement ainsi que sur la formation sur les bases de l’entraînement en course à pied destinée au grand public désireux d’en savoir plus. La finalité est de permettre à des professionnels de l’activité sportive d’être formés à l’entraînement à la course à pied. Qu’ils puissent, en fonction des formations suivies, prendre en charge un coureur, élite ou non, qui souhaite mener à bien un objectif tout en s’adaptant à son profil, ses limites et ses contraintes extérieures."

Infos : https://c-coaching.run/academy

Partager :